Merveilles du monde animal, ou pas. Foutoir bonux.

Publié le par L'observateur impartial

L’ONK frappe un grand coup : 4 merveilles
pour le prix d’une !

artists-20sketching-1--copie-1.jpg
 

D’abord, on voulait écrire quelque chose sur l’Oeuf. Avec un grand O.
Sa splendeur indépassable. Son insertion durable dans le quotidien des fiers à bras de l’ONK (c’est bien simple, on ne mange que ça). Son inscription dans l’histoire et sa découverte de l’Amérique avec son pote Christophe C. Sa débonnaire rondeur de bon aloi.
C’eut été approprié, en ces périodes de débauche culinaire. C’eut été un message fort envoyé aux grasses agapes suintant dans l’air du temps. Genre : « point ne sombrons dans votre invitation à la démesure festive. Nous, Gandhis postmodernes de l'ONK, nous contentons de peu. »
L'Oeuf ? Une modestie frôlant la perfection. Un appel aux armes par la frugalité. Nous revenait aussi en mémoire ce bouquin de Paul Auster, Moon Palace, où le héros désargenté survivait toute une année en ingérant ses deux œufs quotidiens. On aurait pu faire quelque chose avec ça, donner au sujet une tonalité plus intellectuelle. Même si Paul Auster reste Paul Auster (« trop propre et lisse pour être honnête, ce petiot », dixit ma tante Adélaïde).
Nous aurions pu aborder, avec une admiration non dissimulée, le travail essentiel et trop méconnu des héros du Comité National pour la Promotion de l’œuf *. Leur lutte pour sauver l’œuf, leur panache. Ce qu’ils nous apprirent sur les merveilles du genre ovipare :  « Le plus gros oeuf de France, pondu par une poule du Pas de calais en 1994, pesait 202g. » Ou sur l’inscription durable de l’œuf dans le panthéon littéraire universel. Citons Horace et son Eloge de la frugalité, expliquant : « Les œufs de forme allongée ont une saveur meilleure, un blanc plus blanc que les ronds. Souviens-toi que c’est ceux-là qu’il faut servir, car leur coque renferme un jaune mâle. » (nous n’oublierons pas, promis)
Il y avait tant à dire sur la question. Sur la lutte épique menée pour la sauvegarde de l’épure en cuisine, contre tous les tenants du tarabiscoté culinaire. Et d’autres chevaliers ès casseroles, tel Jean Pierre Koffe, nous eussent sûrement encouragé. Ca aurait eu de la gueule, comme croisade.

Mais on craignait de s’embarquer sur un sujet qu’on ne maîtrisait pas assez.
Il valait mieux laisser ça aux professionnels de l’œuf et aux héros du CNPO (Je le répète, chapeau bas, les mecs. Votre combat est juste, votre cause est noble).


cnpo.gif
 


Du coup, on était bien embêté. Il nous fallait trouver autre chose.
Il y avait bien cette nouvelle récemment tombée dans l’escarcelle de l’ONK : les écoles du comté de Seminole, fief ricain n’ayant peur de rien, viennent de remplacer les traditionnels bons points et images distribués aux bons élèves, par des bons donnant droit à un repas complet chez Mac Do. Transformer tous les petits boutonneux à lunettes du  premier rang en obèses grassouillets, voilà qui nous semblait réjouissant en cette fin d’année morose. Ces admirables ricains ont toujours une longueur d’avance sur nous…
Et puis l’impudence absolue des directeurs marketings de Mc Do nous semblait assez soufflante : «McDonald's ne fait pas de publicité dans les écoles. Il s'agit là d'un programme local pour promouvoir l'excellence académique et récompenser la réussite scolaire.» (William Whitman, porte parole de la firme). Du grand art. **


mcdo.png

 
Mais développer le sujet nous barbait un peu. Il eut fallu chercher des infos, déterrer la hache de guerre avec nos frères d’outre-atlantique, déléguer quelques reporters sur les lieux alors que nos finances ne sont pas au top (pourquoi vous croyez qu’on bouffe que des œufs ? Pour le goût ?).
Trop compliqué.
 
Puis on est tombé sur ce sketch.
Cadeau bonus Bourvil
Et tout s’est éclairé. Exactement ce qu’on voulait. Léger et tordant. Subtil. Simple comme bonjour. Suffisait de rajouter 3 lignes à la con, genre « on n’a jamais fait mieux, c’est indéniable… le temps glorieux de l’ORTF … on échangerait pas cent trillions de tonneaux de Bigard ou Dubosc contre un tonneau de Bourvil …  ».
Ou alors de déblatérer sur sa figure rubiconde comme personnification d’une époque révolue ou les vrais mecs s’appelaient Lino Ventura et où les épouses de présidente, Yvonne en tête, restaient à la maison à tricoter des pyjamas à l’élue de leur cœur.
Emballé, c’était pesé.

Mais non. A l’heure de bouclage, notre tâche accomplie, fiers de notre travail et de la statue journalistique érigée à l’admirable Bourvil, les télex se mirent à crépiter dans la salle de rédaction. Et la nouvelle ne tarda pas à se répandre : il y avait une vidéo qui explosait sur le web, petit bijou d’humour à l’approche indépassable. Nous visionnâmes la chose, détournement débile d’un clip vieillot de Michael Jackson.
Cadeau bonus Jackson
(Ca claque, hein ? Y’a des types, quand même, ils perdent pas leur temps à des conneries…)
Et convinrent unanimement que nous ne pouvions passer à côté d’une actualité aussi brûlante et percutante. C’eût été perdre notre statut de défricheurs sans foi ni loi.
 
Il était tard. L’ambiance était poisseuse. On en pouvait plus. Une secrétaire s’est mise à pleurer convulsivement. Il a fallu la faire emmener. Les mines s’allongeaient.
Alors, on a pas chipoté. On a tout mis ensemble, rafistolé ça comme on pouvait. Et on l’a balancé tel quel.  
Indigeste, peut être, mais copieux.
Comme un repas de réveillon merdique, quoi. Adapté.  

                                                                          chat-dansant-1.jpg
 

* http://www.oeufs-asso.com/
** http://consottisier.blogs.liberation.fr/marie_dominique_arrighi/2007/12/de-bonnes-notes.html

Ps : pour les illustrations, se plaindre au service maquette. La consigne était : " trouvez quelque chose de subtil et léger, festif et épuré. On a un problème de lourdeur, côté texte, on craint l'indigestion. Evitez de surcharger avec des illus. gueulardes". Il semblerait que l'on n'ait pas été écouté... 

*
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L'observateur juste, avisé, impartial et sobrement studieux 05/01/2008 11:45

@ N

Soyez sérieux : comment une poule pourrait elle ouvrir un apéricube ? Ce n'est pas logique, tout ça...
Je dirais plutôt que si les oeufs étaient cubique, les poules auraient des dents, pour mieux les serrer à l'instant fatidique...

n 04/01/2008 00:10

"Ps : la question était : si les oeufs étaient cubiques, comment feraient les poules ?"

mon Dieu, elles en chieraient des bulles (passez-moi l'expression), en mangeant des apéricubes, sans doute.

L'observateur juste, avisé, impartial et sobrement studieux 03/01/2008 13:10

@ LCL
oui oui, l'armée des défenseurs du kitsch s'aggrandit de jour en jour. Il va falloir songer à changer de local. La tour TF1, elle est à vendre ?

@ N
Tout bien résumé. Rien à rajouter... Hormis peut être cette citation d'U. Eco, que je trouve adaptée à votre intervention : "Une poule est l'artifice qu'utilise un oeuf pour produire un autre oeuf."
Au plaisir

Ps : la question était : si les oeufs étaient cubiques, comment feraient les poules ?

n 03/01/2008 12:39

Evidemment c'est difficile, en cette période trouble, d'apporter des réponses ou de s'intéresser à des questions auxquelles on aurait éventuellement une réponse quand justement les questions vous assaillent, celles-là mêmes pour lesquelles vous n'avez pas le moindre début de fragment de réponse, pas un indice. Et pour cause de cette incapacité à répondre- ce moment en suspens, la sensation que tout ça nous dépasse complètement, que tout ça se situe à l'échelle du Monde, qu'à cette échelle nous sommes si petits, tellement rien, si peu apte à agir - ou alors vidé de toute individualité, que par moment les microscopiques êtres que nous sommes s'immobilisent devant la télé et regardent le Monde agir sans nous, et se disent que le Monde est fou.
Pourquoi le Monde est-il fou ?
Ah... voilà une question. Chouette, j'ai une question. Je me sens comme soudain tout ragaillardit. Une question. Bien. Cool. Super. O.K.
Bon, un instant s'il vous plaît c'est une question délicate, c'est pas comme si vous m'aviez demandé si c'est la poule qui fait l'œuf ou l'œuf qui fait la poule.
Quoi, vous ne savez pas si c'est la poule qui fait l'œuf ou l'œuf qui fait la poule ?
Mais c'est la plus bête question du Monde -qui est fou !
Un œuf, ça ne fait rien du tout (ne me dites pas que vous l'ignoriez), à part éclore, et là encore c'est la poule -le poussin- qui est dedans qui le fait éclore. Donc la poule fait l'œuf et dans l'œuf SE fait la poule, C.Q.F.D.
Ah ça fait du bien de répondre à quelque chose.
C'était quoi la question déjà ?

LCL 01/01/2008 23:41

M'est avis que les oeufs sont peut-être vus d'un autre oeil par la rédaction de l'ONK depuis certains ravages bactériologiques causés par l'un d'entre eux, avarié.... non ?
(Eheh : c'était un nouvel an à chier)

Sinon, très sympathique balade sur l'envers du décor. Un billet fort bien écrit et avernant. Mais aussi : quoi de plus normal que d'arriver à produire un bon sujet quand on est une si pléthorique armée de sujets brillants, tous membres de l'ONK ? Heureusement qu'il y a le budget pub...