Le futur s'annonce classieux

Publié le par L'observateur impartial

De l’art et des raisons de Cryogéniser Paris Hilton. Fissa.  
 

Paris Hilton ? la Marilyn post-moderne, la classe en moins. Un vampire arctique aux appâts Lugubres. L’excitation décervelée, la séduction froide, la glaciation du sexe, décérébration en étendard. 
Je l’aime.
Tellement ancrée dans la vulgarité contemporaine, dollars comme viatique, fric comme religion, impudeur comme ligne de vie. N’est ce pas elle qui dernièrement déclara : « Je sors sans sous-vêtements, je déteste quand on les distingue sous une robe, je trouve ça tellement vulgaire » ? Rien à ajouter.  
Janus Lumignon : Femmes, tellement femmes, 2007.
 
C’est trop cool. Presque toutes les cellules du corps sont encore vivantes au moment où la mort est prononcée. Et si vous êtes immédiatement congelé, vous pouvez être parfaitement conservé. Ma vie pourrait être prolongée de centaines voire de milliers d’années
Paris Hilton
 
Ma ligne de bijoux a l'air chère, mais elle ne l'est pas. Je l'ai dessinée en pensant que mes fans aimeraient avoir un petit bout de moi.
Paris Hilton
 
 
Indispensable Paris Hilton ! *
Adorable, admirable, sainte Paris Hilton !
Notre sauveuse…
Non contente d’offrir des petits bouts de soi à ses fans argentés (ses bijoux, ses parfums), d’offrir des grandes bouts de soi – l’intégralité même – à ses fans lubriques (ses vidéos pornos), de bientôt sauver les orphelins rwandais (reporté à l’année prochaine, mais bientôt, promis), de sauver les éléphants alcooliques hindous («C'est vraiment horrible, les éléphants sont saouls toute la journée, c'est devenu dangereux. Il faut les empêcher d'avoir accès à l'alcool », 13/11/07. La courageuse sauveuse du monde fait ici référence à un problème récurrent des campagnes indiennes : les pauvres pachydermes ne cessent de céder à la tentation de la bière de riz, se bourrent la gueule en pillant les réserves du village, puis dévastent tout, punks à grandes oreilles, nouveaux vandales à trompes), d’avoir été désignée très officiellement personne ayant bénéficié de la plus grande couverture médiatique dans le monde pour 2006 (!!!), l’héritière des hôtels Hilton vient de décider de se faire cryogéniser avec ses deux chiens (Tinkerbell et Bambi, deux petites crottes grasses).
Hibernatus version midinette.
 
L’idée dépote grave. Et n’a que des avantages.
1/ Elle ne mourra jamais.
2/ Le futur pourra bénéficier de sa sagesse.
3/ Le présent pourrait parler d’autre chose.
 
Et l’ONK de s’enthousiasmer. Offrir en pâture à un avenir bien incertain la certitude rassurante de sa présence quand nous ne serons plus là : idée limpide. On doit avouer que si le personnage nous rebutait un tantinet auparavant, on applaudit fraternellement. Et on cède à l’euphorie. Quoi de plus rassurant que la possibilité de sa survivance éternelle ?
 
Guerre atomiques, planète exponentiellement déglinguée, virus en goguette, hausse des extrémismes de tout poil, nabots aussi incontrôlables que fascisants au pouvoir, orwellisation effrénée de nos mégapoles ?
Bien sur, on frissonne devant un futur qui s’annonce plutôt tortueux.
Mais, si tout va mal, il y aura toujours Paris Hilton et ses deux chiens. Donc il y aura aussi des magazines people. Donc des millions d’abrutis fantasmant sur sa plastique et ses déclarations pleines de bon sens. Donc des empires médiatiques à vocations décérébrantes. Donc quelques puissants contrôlant le monde.
Donc rien n’aura changé. CQFD.
Ouf.
 
C’est vrai aussi qu’on est un peu jaloux : pourquoi les hommes du futur et pas seulement nous ? Pourquoi on l’aurait pas pour nous tout seuls ?
Mais c’est raisonner en mesquins. En petits joueurs. Il faut bien partager nos richesses, non ? Pourquoi pas avec le futur ?
 
Et puis, pour tout vous dire, ce qui trotte dans la tête des hauts dignitaires de l’ONK, qui les obnubile au plus haut point, hante leurs rêves les plus féconds et enthousiastes, c’est d’imaginer la scène de sa sortie du frigo :
 
2345. La terre n’est plus qu’un amas charbonneux, les rares survivants se terrent dans les profondeurs, pour échapper aux vapeurs radioactives – refrain connu. La race humaine a perdu toute grandeur, toute humanité. La loi du plus fort, du plus primitif règne.
Cependant, quelques esprits d’envergure n’abandonnent pas l’idée de sauver l’humanité. Echafaudent des plans foireux, conçoivent des machines débiles. Rien ne marche, ils n’abandonnent pas pour autant.
Et soudain, sans prévenir, l’illumination : si ils faisaient appel aux sagesses du passé ? Aux savoirs ancestraux de leurs prédécesseurs ?
Et justement, une tenace légende a traversé les siècles, vivace. Il y aurait une sorte de sauveur congelé au 21ème siècle en vue de sauver le monde. Un nouveau messie quoi.
On vous passe les détails et péripéties du scénario. 
Pour aboutir au moment qui nous intéresse :
   
*
Les survivants, rassemblés, observent la température baisser sur l’aiguille du réfrigérateur : 
-200°, - 150° … Tous retiennent leur souffle, confiants. Sauvés, ils le sentent. 
-20°, -10° … Dans deux minutes, l’humanité renaît de ses cendres … Tous s’agenouillent, émus. Instant fatidique, glorieux. Une page noire de l'histoire du monde va enfin se tourner.
La porte s’ouvre. Un jappement criard se fait entendre suivi d’un rire féminin plutôt vulgaire. La fumée s’estompe… 
 
Un potentiel scénaristique dément.
 
 
Ma vie est vraiment géniale. Il n'y a qu'un seul hic : j'ai peur de la mort.
Paris Hilton

pariscongelo2-1-.jpg
 
 
 
Ps : Au point où on en est, est ce que sa copine Britney ne pourrait pas monter avec elle dans la machine à cryogéniser ?
Ps 2 : Les citations sont authentiques.
 
* Je sens poindre les critiques. Parler de Paris Hilton, quels que soient les termes utilisés, alimenterait une machine médiatique déjà salement emballée. A ceux qui créeraient des faux procès, je n’ai qu’une chose à dire : c’est un journal scientifique ici, avec tout l’appareillage technologique adéquat et une méthodologie irréprochable, pas un bottin mondain, ignares dérisoires ! 
 
 *
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article